MEL invité de Café Bazar sur France Inter

December 13, 2005 at 11:22 pm | Posted in Michel-Edouard Leclerc et son blog | Leave a comment

Le 14 octobre dernier, Michel-Edouard Leclerc répondait aux questions des chroniqueurs de l’émission Café Bazar sur France Inter. Voici donc un court portrait de MEL et de l’entreprise E.Leclerc. (Merci Nicole ! 🙂 )

A propos de son histoire familiale :
-Famille bretonne du Landernois. Son grand-père était un protestant franc-comtois qui s’est converti au catholicisme pour épouser une bretonne. Son père était au grand séminaire, destiné à faire une carrière ecclésiastique mais s’est révolté contre le message social de l’église. Du coup, il a quitté le séminaire et s’est acheté un camion comme premier magasin.

– On lui donne le titre de « capitaine d’industrie » : qu’en pense-t-il ?
Ca lui plaît, parce que il aime la mer et parce que le mot « capitaine » connote l’idée d’aventure avec à la fois quelque chose de sérieux et de fantasque. Il a lu avec passion Moby Dick, de Melville et passé le Cap Horn en bateau.

– Que pense-t-il de l’expression « océan agité » employée pour parler du monde des grands supermarchés ?
L’expression est juste parce qu’ils sont pris entre la pression des consommateurs qui veulent acheter moins cher et les industriels qui ont besoin de vendre. Ajouter à cela une forte concurrence et de réels enjeux financiers.

– Quelle est sa plus grande bataille ?
Il se situe comme l’héritier intellectuel de son père. Celui-ci a livré un vrai combat social. Au sortir de la guerre, la France connaît le marché noir. Il veut le combattre en mettant le marché à la portée de tous grâce à des prix moins élevés. Lui, MEL, se définit comme ayant une culture de gauche, se réfère à Rocard et au PSU, à J. Delord mais il ne se reconnaît pas dans le discours actuel de la gauche qui a perdu sa part utopique.
Il veut donc poursuivre l’œuvre paternelle. Son premier chantier, en sortant de fac, a été de s’attaquer aux carburants en créant une société pétrolière, la SIPLEC.
Il est le président d’une fédération de 500 commerçants indépendants qui se sont regroupés pour utiliser des outils communs (ex. la pub) et vendre moins cher.
Il se définit de nouveau comme un catholique plutôt de gauche qui donne la primauté au culturel et insiste sur la nécessité d’avoir un projet social.

– On donne aux Centres E.Leclerc l’étiquette un peu dévalorisée de “provinciaux”, voire de “plouks”
Certes mais ça ne le gêne pas. C’est la même chose pour Auchan. Il prétend qu’on a plus de liberté en province.

– Certains mettent en doute vos bonnes intentions.
Il n’est pas un philanthrope, c-à-d qu’il se situe dans une logique économique. Il est à la tête d’une entreprise qui cherche à se mettre en adéquation avec la demande sociale. Sa devise : le social doit être ancré dans l’économie. Il ne s’agit pas de diaboliser l’entreprise mais de gagner de l’argent tout en vendant moins cher.

Intervention d’un auditeur :
– Il y a une contradiction entre les grandes surfaces et les préoccupations que vous affichez concernant l’environnement : on consomme de l’essence en utilisant sa voiture pour aller au supermarché. On y surconsomme (ce qui favorise la culture des OGM pour faire face à la demande). On y utilise des sacs plastiques en quantité.

Réponse de MEL :
– Les grandes surfaces sont nées, après guerre, de la nécessité d’une production de masse. Elles ont permis de nourrir la France et d’augmenter le pouvoir d’achat : il faut savoir leur reconnaître cet effet positif.
Il est vrai qu’aujourd’hui il y a des excès. C’est pourquoi il reste à l’écoute des consommateurs et essaie de réguler le système : ex : les sacs plastiques. Il a été le premier à s’en préoccuper en proposant des sacs recyclables, réutilisables et échangeables. Il a ainsi réduit leur nombre de 1 milliard à 56 millions entraînant les députés qui viennent de voter la loi d’interdiction pour 2010. Attention cependant aux conséquences de cette interdiction sur l’emploi. Il faut préparer la reconversion des travailleurs de la filière plastique. Il essaie de pousser les producteurs de grandes marques (ex : Coca cola) à revoir le conditionnement de leurs produits.

Quant à la consommation d’essence, il estime qu’elle est moins importante si l’on prend sa voiture 1 seule fois dans la semaine pour faire toutes ses courses en grande surface plutôt que de la prendre x fois pour faire ses courses dans des magasins différents. Il relie aussi le problème à une politique urbaine de transports en commun qui ne dépend pas de lui.

– On l’ accuse de récupérer mai 68 en particulier avec sa dernière campagne d’affichage publicitaire.
Les anciens soixante-huitards sont devenus des bourgeois et des gardiens de musée. A l’époque, le Pop art a donné l’exemple en détournant lui-même la pub.

– On dit aussi qu’à cause de lui et sa politique de bas prix, les producteurs ont du mal à vivre.
Attention à ne pas confondre les grands producteurs qui font de gros bénéfices et les agriculteurs et PME. Il ne faut pas le faire passer pour un salaud. Quand il achète du lait aux agriculteurs, il le fait au prix fixé par la FNSEA ou l’Europe. Par ailleurs à la FNSEA et dans les chambres d’agriculture siègent des gens de droite (Chirac a toujours protégé les agriculteurs) qui plutôt que de s’attaquer au pouvoir actuel prennent pour boucs émissaires Leclerc ou l’Europe.
Il souligne les intérêts contradictoires des consommateurs qui, parce que leur pouvoir d’achat baisse se tournent vers le Hard discount, et des producteurs ; il ne faut donc pas lui faire de faux procès.

– Pourquoi pas de magasins E.Leclerc en Corse ?
Le groupement a essayé mais aucune liberté de vendre moins cher à cause des intérêts des commerçants de l’île. Donc, ils ont dû abandonner.

Un des chroniqueurs souligne 2 aspects positifs : les Espaces culturels et l’effort architectural
Les centres E.Leclerc sont 2ème libraire et 3ème disquaire de France. Il a le projet de concurrencer la FNAC.
Les nouveaux magasins sont plus petits (5 à 600m²) et visent à un meilleur confort de vente pour l’employé et d’achat pour le client : une ergonomie plus pensée et plus travaillée. Dans les galeries marchandes, on fait de la place à la parapharmacie, aux voyages…

Mini reportage sur une AMAP (Association d’Aide au Maintien de l’Agriculture Paysanne). L’association regroupe des producteurs bio. Elle fonctionne sur le principe de la solidarité et de la souscription, ce qui permet aux producteurs d’être moins dépendants des banques et des aides européennes. Qu’est-ce qu’il en pense ?

– Du bien mais il est très difficiles pour les grandes surfaces de travailler avec ces petits producteurs. La logistique n’est pas la même : il y a en grande surface un système d’autocontrôle (des produits sont retirés de la vente tous les jours) qui nécessite toute une logistique, des moyens, une centralisation, des labos vétérinaires coûteux (2 millions € par an), impossibles pour les petits producteurs.

– Quid du commerce équitable ?
Rappel de la définition du principe : le consommateur accepte de payer un peu plus cher pour aider au développement du pays producteur. E.Leclerc est leader dans ce domaine. Il exerce un contrôle sur l’utilisation des fonds et a même réussi à faire baisser les prix sans diminuer le bénéfice.

– Chaque magasin étant indépendant, de quel moyen dispose-il pour influencer la politique sociale ?
Il n’intervient que si on altère l’image de E.Leclerc en faisant du chantage au panneau (risque de se voir privé de l’enseigne E.Leclerc).
La question des packs d’eau qu’on est obligé de sortir du caddie alors que les caissières pourraient connaître les codes dérive sur celle plus générale de l’automatisation. On pourrait envisager d’automatiser les caisses, mais il faut maintenir l’emploi des caissières qui est un moyen d’insertion sociale pour les gens qui n’ont pas de diplôme, une passerelle sociale. Les caissières peuvent évoluer vers un travail d’accueil.

Un auditeur demande s’il serait possible d’ouvrir un centre E.Leclerc à 50 ans.
Il dévie un peu la question en disant qu’une loi Raffarin limite l’ouverture des grandes surfaces mais qu’il y a des possibilités en Italie et qu’on continue cependant à créer des Centres E.Leclerc.

Advertisements

Leave a Comment »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.
Entries and comments feeds.

%d bloggers like this: